Mail collectif.maquis.arts@gmail.com
Rejoignez-nous sur Facebook Twitter
25, avenue Jean Jaurès 93300 Aubervilliers
Inscrivez-vous sur la liste et recevez toutes nos actualités de notre Newsletter

Compte à rebours

de Saviana Stǎnescu - Mise en scène Valérie Antonijevich
Compte à rebours est l'histoire d'une jeune femme, Zozo qui a fui dans la folie son histoire personnelle marquée par la violence et qui, dans un éclair de lucidité, revisite son passé pour y affronter les fantômes qui la hantent.

RESUME

De fibre dadaïste, volontiers provocatrice, irrévérencieuse avec des accents absurdes, Compte à rebours fait surgir par flashbacks les morceaux épars de la vie déchiquetée de Zozo. Impudique et imprévisible, provocatrice et sans morale, Zozo est surtout fragile et instable. Elle hante les trains, avec une obsession pathologique de l'amour maternel, qui cache mal des frustrations et des blessures précoces.

Compte à rebours est un voyage rythmé par un Chronos dévorateur. Les fenêtres du passé s'ouvrent et se ferment. Le voyage se fait à l'envers, à toute vitesse dans la vie de Zozo et les stations dans lesquelles on s'arrête, éclairent avec un humour noir, féroce, un monde insensible, bête et mesquin ; une société brutale et obtuse.
Au milieu de cette nuit, Zozo brille comme une luciole, fragile, seule, le corps vibrant de désir, assoiffée d’amour et de lumière. « Dans la lumière, je vis » dit-elle.

Compte à rebours est une fable grotesque. Grotesque dans le sens défini par Jan Kott : « La tragédie est un jugement sur la condition humaine, une mesure de l’absolu. Le grotesque est la critique de l’absolu au nom de l’expérience humaine. La tragédie amène à la catharsis, le grotesque n’apporte aucune consolation. »
 

EN QUELQUES MOTS

« Il n’y a pas plus cubiste que la guerre qui te divise un bonhomme en morceaux et te l’envoie aux 4 points cardinaux. » Fernand Léger

Qu’est-ce qu’on voit ?
Un jeu de massacre, l’existence de Zozo vole en éclats. Zozo, petite fille, adolescente puis jeune femme docile essaie de conserver le pouvoir sur son corps, son identité : elle aspire à la vie, respire le désir, a soif d’amour et veut éprouver pleinement la jouissance physique et sexuelle. Les personnages qui l'environnent sont l'expression métaphorique de Thanatos, de ce qui tue la vie en elle. Fragile, dans un enfer intime, elle résiste à la brutalité, aux abus de pouvoir, aux pulsions de mort et s’obstine à vouloir la vie jusqu’à marcher au bord de l’abîme, de la folie. 

La mise en scène s'appuie sur la radicalité économique actuelle pour créer une esthétique théâtrale qui s'apparente à un onirisme fantastique.
Le voyage se fait à l'intérieur du paysage intime de la jeune femme.

Compte à rebours dure une heure. C'est un théâtre où il faut aller à l’essentiel avec une urgence de jouer, comme une urgence de vivre.







PAROLES DE SPECTATEURS

"Zozo est un cri dans un éternel retour, comme une rédemption. Une scène géniale de son moi ravagé, une allégorie de son agonie psychique. Inquiétante. Fascinante. Originale. Compte à rebours est une claque politique et sociale. L'aporie de l'oppression soumise au pire des mondes. (Cette histoire pourrait être le destin de ma petite grand-mère chinoise aux pieds bandés, victime d'un Pol Pot, monstre froid et de ses âmes damnées). La mise en scène de Valérie Antonijevich est clinique, subersive, transgressive (elle évite toute anesthésie psychologique). Christelle Jacquaz, Olivia Machon, Yves Buchin, Frédéric Jeannot jouent juste et vrai, sans tabou. Leur engagement vivant, absolu crève les planches."

"Compte à rebours est un choc : il faut se laisser secouer par cette fable contemporaine qui raconte l'histoire de Zozo, petite fille malmenée par des parents grotesques et bas de plafond, entraînée à l'âge adulte dans une existence de soumission jusqu'à la libération finale. L'interprétation des acteurs est intense, souvent drôle, dans un lâcher prise et une maîtrise impressionnantes. La succession des tableaux s'enchaîne dans une belle ingéniosité d'effets. Impossible de rester indifférent, on en ressort sonné, parfois choqué, il faut laisser reposer avant de pouvoir en parler !"

"On a l'impression d'entendre un texte qui a été gravé au couteau sur un mur de bêton décrépi. Le propos est fort, très fort et merveilleusement porté par des comédiens qui font preuve d'une présence remarquable. Une pièce "Uppercut" d'un bout à l'autre. Fascinant !"

"Voyage sans retour dans les souvenirs douloureux d'une jeune femme meurtrie à jamais. Une écriture ciselée et une mise en scène sans fioritures. Poignant."

"J'ai été pris dans une sorte de valse des émotions entre effroit, consternation et amusement."

"Compte à rebours, à travers la mise en scène de Valérie Antonijevich est une pièce fulgurante. La direction d'acteur y est particulièrement puissante, précise et l'on entrevoit dans chacun des personnages les fils noués et inconscients qui les habitent. La mise en scène aurait pu s'arrêter là tellement la direction d'acteur nous plonge dans les méandres des corps et des esprits, mais l'esthétique scénographique nous embarque dans un univers à part entière permettant de conserver l'humour. Compte à rebours a selon moi cette qualité rare de pouvoir résonner en chacun d'entre nous, tous milieux confondus et ce malgré une approche de traitement complexe."

CREATION
Mise en scène Valérie Antonijevich
Texte Saviana Stanescu
Assistant à la mise en scène Henri Rizk
Scénographie James Brandily
Musique originale et création sonore David Maillard
Chorégraphie Gwenaelle Rinaldi
Costumes Julie Lecoeur
Maquillage Inès Ahachad
Régie lumière et son Matthieu Mitchell

TEASER : ici
DISTRIBUTION
Yves Buchin L'homme. Le père
Christelle Jacquaz Zozo
Frédéric Jeannot Le contrôleur. Lui
Olivia Machon La dame. La mère
PROFESSIONNELS
CONTACT DIFFUSION
Alexandre Normand 06 69 41 83 06 / maquisarts.communication@gmail.com

DUREE
1h

DOSSIER
Compte à rebours-Dossier

FICHE TECHNIQUE
Compte à rebours-FT