Mail collectif.maquis.arts@gmail.com
Rejoignez-nous sur Facebook Twitter
Pinterest
25, avenue Jean Jaurès 93300 Aubervilliers
Inscrivez-vous sur la liste et recevez toutes nos actualités de notre Newsletter

Archives

FORMATION / MONTAGE D'UNE PRODUCTION ARTISTIQUE

Animé par Catherine Drouillet

Les stages de Montage d'une production artistique se sont mis en place en 2012.
Ils ont été inititiés suite au constat suivant : les porteurs de projet (metteurs en scène, chorégraphes, artistes indépenants...) doivent mener parallèlement à leur travail artistique un travail administratif et de production pour lequel ils ne possèdent pas les clés.


FORMATION COMEDIEN / AUTRES MATERIAUX POUR JOUER TCHEKHOV - 2013

Animé par Valérie Antonijevich

A partir d’extraits des pièces suivantes : La mouette – Les 3 sœurs – La Cerisaie

Objectifs

- expérimenter temps, espace et parole comme partenaires de jeu et générateurs de situations, de conflits, d’émotions
- utiliser l’absence de mots pour chercher d’autres expressions et redéfinir l’impact et l’intention de la parole
- s’impliquer dans un travail de création d’ensemble

Le temps
Le temps est extrêmement prégnant dans l’univers de Tchekhov, passé, présent, avenir se télescopent sans relâche.
Les pièces sont assises sur un point de bascule et ne cessent de balancer du passé vers l’avenir. L’espace-temps que tous partagent constituera la situation que les acteurs devront investir pour y trouver les objets de conflit et créer les tensions.

L'espace
L’espace scénique sera également source de recherches de mise en jeu.
Tchekhov impose à ses personnages un espace de vie commun. Cette société est condamnée à se croiser, à cohabiter, à partager des moments de vie ensemble.
Nous reprendrons cette donnée en rétrécissant l’espace scénique jusqu’à rendre presque impossible un espace personnel, obligeant les personnages à s’entendre (dans les 2 sens du terme).

Entre l’impossibilité à dire, la répétition, le verbiage  (souvent les personnages s’ordonnent de se taire), nous chercherons les ressorts comiques d’une parole-échappatoire, justificative d’une existence ou torchis pour combler un vide abyssal.

Nous partirons du silence ou plutôt du vide de mots pour faire naître une parole.
Ces éléments nous permettront de chercher la comédie cruelle et amère dans le théâtre de Tchekhov et allumer la mèche des petites déflagrations qui minent les espoirs et laminent les illusions.


FORMATION COMEDIEN / HANOKH LEVIN, JUBILATION DE LA CREATION SATIRIQUE - 2013

Animé par Valérie Antonijevich

De la farce burlesque à la tragédie, de la bouffonnerie au drame épique, de la satire à la féérie, le théâtre toujours engagé d’Hanokh Levin attaque avec un humour féroce la bêtise, la méchanceté, la vacuité humaine.

Comment créer avec tendresse des « personnages monstres » ? Comment les entraîner jusqu’au bout de leur absurdité tout en conservant leur humanité ? Comment construire un jeu à la fois outré et gracieux ?

Travailler les textes d’Hanokh Levin est l’occasion faire exploser la bienséance, de rencontrer la truculence, la paillardise, de savourer la farce mais aussi de se confronter à la cruauté, au jeu de massacre.


FORMATION DE MISE EN SCENE / JUSTE LA FIN DU MONDE DE JEAN-LUC LAGARCE - 2012

Animé par Valérie Antonijevich

Le travail s’organise autour d’une des phrases de la pièce : « Rien jamais ici ne se dit facilement », ce qui engendre une approche en rapport aux corps, à l’espace, au silence, à la banalité, aux regards, à l’intime et à une parole qui n’en finit pas de s’écarteler entre l’intention, l’énoncé et la réception.

A la 1ère lecture, il est très difficile de diviser une pièce en moments distincts. On ne les devine qu’à travers ce que disent les personnages. On tente de refaire la structure en partant du processus de l’écrivain lui-même : l’objectif étant de démonter le texte comme un enfant monte et démonte une petite voiture. A travers cette analyse active, il s’agit de définir le projet de mise en scène, de chercher une écriture scénique, une capacité à faire des signes. On s’emploie donc à sortir le personnage du livre pour le placer dans son espace. Les répétitions doivent être le contraire de la mécanique : il faut que chaque jour, quelque chose mette les acteurs en situation de créer. Ainsi avec les comédiens, il s’agira d’explorer les choses physiquement, de trouver l’organicité des rapports, de ramasser les éléments qui pourront être utilisés, de désintellectualiser le travail. Il nous faudra explorer les intentions cachées du texte.

10 séances de 7 heures sont consacrées à l’expérimentation du plateau et se concentreront sur la mise en répétitions des différents projets de mise en scène.
Programme complet à télécharger


FORMATION DE MISE EN SCENE / LA TRILOGIE DE BELGRADE DE BILJANA SRBLJANOVIC - 2011

Animé par Valérie Antonijevich

La trilogie de Belgrade, première pièce de l’auteure, est composée de 3 pièces (comme son nom l’indique) courtes : 
Prague, République Tchèque – Sydney, Australie – Los Angeles, Amérique. Et d’une très courte pièce finale : Belgrade, Serbie 
Nous nous appuyons sur l’écriture de Biljana Srbljanovic qui se joue de la construction classique qu’elle conserve par endroits et qu’elle troue à d’autres. Elle varie les formes d’écriture et de narration d’une pièce (au sens de fragment) à l’autre.

3 séances de travail de 6 heures
 sont consacrées :
- au panorama des écritures actuelles
- à l’étude dramaturgique
- aux méthodologies de travail, de recherches à partir du texte, de l’auteur...
- aux mises en perspectives avec l’Histoire

6 séances de 7 heures sont ensuite consacrées à l’expérimentation du plateau et se concentreront sur la mise en répétitions des différents projets de mise en scène.


FORMATION DE MISE EN SCENE / AUTOUR DE TCHEKHOV - 2009

Animé par Valérie Antonijevich

Chaque stagiaire travaille sur le même auteur, ici Anton Tchekhov et sur une même pièce : Oncle Vania

L’écriture de Tchekhov autorise une apparente grande liberté mais il faut savoir le deviner, le suivre pour faire ressurgir le tragique et le comique de ses pièces. Tout y est sensible, subtile, chaque détail compte ; son écriture demande une grande précision de mise en scène. Il est possible avec Tchekhov d’expérimenter, de donner des inflexions différentes et contraires (rythme, énergie, actions, direction d’acteurs…), l’écriture n’est pas rigide.
Le metteur en scène doit trouver les bons ingrédients pour révéler la Comédie Humaine de Tchekhov.


Depuis 2009

Montage d'une production artistique / depuis 2012

Autres matériaux pour jouer Tchekhov / 2014

Jubilation de la création satirique / 2013

Juste la fin du monde  de Jean-Luc Lagarce / 2012

La trilogie de Belgrade de Biljana Srbljanovic / 2011

Autour de Tchekhov / 2009